Donation

Connexion


Macron et la Tunisie

macron-et-la-tunisie-cbbf3cc0c6b43b3efa9b74fbc5353f02

La visite du président Macron en Tunisie pourrait être une occasion pour construire sur des bases solides et inaugure rune ère de coopération « d'égal à égal » entre la France et la Tunisie.

Macron a pu séduire dans un nouveau style une partie des Tunisiens qui ne sont pas habitués de voir des leaders étrangers dans les rues et les restaurants de la capitale. Après la révolution, les tunisiens ont pu rencontrer des personnalités importantes dans la rue et,avec un système de sécurité minimum, ce qui donne une bonne image d’ un pays sûr et ouvert . La plus visible était le roi Mohamed VI en 2014 et aujourd’hui le président Macron ; cela s’ajoute à plusieurs autres exemples comme l’ancien président de la Confédération Suisse Samuel Schmidt qui était ravi de passer ces vacances en Tunisie sans la moindre mesure de sécurité alors qu’il est devenu célèbre en Tunisie.

On pose encore la question : qui a besoin de qui alors que la Tunisie est en voie de devenir un modèle politique et un facteur de stabilité dans la région méditerranéenne. Nous savons tous que les Tunisiens ont pris leur destin en main et ont construit les fondations de la démocratie mais ont certainement besoin de partenaires fiables et notamment au niveau économique pour l’intérêt de tous. La Tunisie est certes un passage obligé et la voie pour construire et investir dans la Libye de demain. Elle a aussi un très grand rôle à jouer dans la lutte contre l’immigration clandestine et la stabilité dans la région.

Il faux impérativement instaurer des relations solides fondées sur la confiance mutuelle en passant par le règlement définitif du passé colonial et ses impacts culturels et économiques. Il est nécessaire de consolider dans un esprit de partenariat dans la continuité ...

Il est aussi important d’ouvrir toutes les portes aux investisseurs français pour les aider à dégager des bénéfices d'une façon équitable et juste qui profite aussi à une grande partie de la population tunisienne.

Rappelons que la Tunisie n’a toujours pas récupéré les biens mal acquis de l’ancien dictateur Ben Ali et de son épouse, chassés du pouvoir le 14 janvier 2011. Ils étaient à la tête d’une vaste entreprise de détournement de fonds qui leur avait permis de mettre la main sur plus de 21 % des bénéfices réalisés par le secteur privé de la Tunisie, selon un rapport de la Banque mondiale . Une grande partie de ces avoirs d’origine illicite se trouve en France et en Europe et la collaboration des autorités françaises dans ce dossier est très importante. Parler depuis 7 ans de transformer la dette en investissement ne fait qu’augmenter les sentiments de méfiance et de rejet de la classe politique française chez les Tunisiens.

Les Tunisiens se souviennent certes des propos et actes de certains responsables Français qui ne facilitaient pas la tâche de ceux qui veulent construire des relations bilatérales basées sur la confiance mutuelle mais la visite de Macron a le mérite de changer la forme et il est maintenant temps que les responsables se mettent autour de la table pour construire sur des bases solides.

La France et la Tunisie pourront élargir davantage les secteurs de coopération entre les deux pays en incluant des domaines prioritaires tels que la recherche scientifique, la technologie de l’information, l’enseignement supérieur, l’environnement et l’investissement. Le dialogue pourrait devenir l’un des piliers de la coopération euro-méditerranéenne et participer à promouvoir le Maghreb en tant qu’interlocuteur privilégié de l’UE.

Anouar GHARBI

Mis en ligne le 3.02.2018

NDLR: la rédaction ne partage pas nécessairement le point de vue de l'auteur, notamment  sur Emmanuel MACRON que nous ne jugeons pas digne de confiance